Sao Paulo

01 sao fresque couverture

Suite à la visite d’une délégation de la préfecture de Sao Paulo à l’exposition « la cité végétale de Luc Schuiten  » à Lyon, celui-ci fut invité dans la mégapole brésilienne à proposer la création de fresques sur des pignons aveugles d’immeubles tours. Ces projets sont toujours à la recherche de sponsors pour le financement de leur réalisation. Les fresques de plusieurs milliers de mètres carrés représentent, grandeur nature, les immeubles « archiborescents ». Les plantes épiphytes qui le constituent proviennent directement de la forêt atlantique toute proche.

1. Le concept

Au centre ville de Sao-Paulo, dans son cœur historique, rien ne laisse apparaitre les signes d’un renouveau résolument tourné vers un développement durable, respectueux de la nature et des grands enjeux environnementaux du 21e siècle. La municipalité, consciente des attentes de ses concitoyens sur cet environnement particulièrement sensible, a entrepris un grand chantier de rénovation reconstruction. Celui-ci a très symboliquement démarré par l’éradication de tout message publicitaire dans la ville. La surenchère des enseignes mercantiles a disparu pour laisser la place à des espaces vides, abandonnés… dans l’attente d’une nouvelle fonction, d’un nouveau sens.

On trouve également dans la ville d’autres espaces désinvestis, laissés pour compte, comme les vastes pignons aveugles des immeubles qui jouxtent les constructions basses plus anciennes. Ceux-ci étalent leurs surfaces planes faites de matériaux bruts, dans l’attente d’une hypothétique construction mitoyenne. Par leur abandon, ces gigantesques surfaces verticales ont un impact négatif sur la qualité patrimoniale de la ville.

Le concept de la ville végétale pourrait combler ce vide par, d’une part la végétalisation des chancres et d’autre part, la réalisation de grandes fresques en trompe-l’oeil d’une vision futuriste et écologique de la ville de Sao-Paulo. La réalisation d’une exposition à ciel ouvert, s’étendant sur quelques-uns de ces pignons dans un même quartier, aurait pour effet de redonner un sens à ces surfaces laissées pour compte. De par leurs grandes dimensions, l’impact et la visibilité que ces fresques auraient dans la cité, montreraient en grandeur réelle, un environnement bâti sur un principe
nouveau: celui de l’utilisation du vivant en tant que matériau de construction.

Cette exposition géante aurait pour but de montrer qu’un avenir durable et lumineux est possible pour la planète dans une démarche d’innovation.
Cet avenir doit être considéré comme une tentative de réconciliation et de coopération avec la nature, afin de pouvoir vivre ensemble dans l’équilibre d’une nouvelle symbiose.

Plutôt que d’enfermer le concept de la ville nouvelle dans les lieux clos des musées, cette proposition s’offrirait au regard de tous en tant que questionnement sur notre avenir, notre place et notre rôle sur la planète.

Pour compléter ces peintures murales, des panneaux d’explication devront être disposés aux pieds de ces immeubles. Ils mentionneront le contexte dans lequel ce travail a été élaboré et expliqueront qu’il ne s’agit en aucun cas d’un rêve irréalisable mais bien de propositions concrètes et futuristes.

 

02 Rio

2. La fresque

Le thème général de la fresque est le retour d’une partie de la forêt tlantique au cœur de Sao-Paulo. Après la thèse: la forêt originelle, l’antithèse est la ville de béton, vient la synthèse: la ville végétale. Celle-ci se développe grandeur  » nature  » sur les trois mille mètres carrés des pignons situés face la Pinacoteca, au centre historique de la ville. La peinture murale d’une structure arborescente s’étend sur l’ensemble des murs pour former une sorte de maillage organique se prolongeant au delà de ces murs par des cordes pendantes et en partie supérieure par des duos d’arocarias placés aux extrémités des machineries d’ascenseurs.

Principalement dans la partie inférieure des murs, dans les espaces libres entre la structure arborescente, des graffeurs brésiliens viennent exprimer leur vision du futur de leur ville dans des gammes de couleurs préétablies pour garder la cohésion de l’ensemble. Le choix de ces artistes se fera sur concours et ils seront sélectionnés en fonction de leur intégration au projet général.

Les différentes plantes qui ornent la structure ne sont pas peintes, ce sont des plantes épiphytes appartenant à la biodiversité de la forêt atlantique. Elles sont placées dans des petits sacs de substrat ancrés aux murs et pourvus d’un système d’arrosage automatique au goutte à goutte. Ces plantes seront implantées de manière à ce qu’elles puissent s’étendre en dehors de leur support et se développer partiellement sur une partie du mur pour ainsi modifier progressivement l’environnement prévu de manière aléatoire.
Ainsi, la représentation picturale se modifiera dans le temps et pourra être l’objet de curiosité et d’attention plus grande que ne serait une représentation statique. Cette transformation incessante des murs aveugles peux être vue comme un espoir que la ville suive le chemin de la cité végétale.

 

03 Pignon Pinacotéca

3. Nocturne

Dès la tombée de la nuit, la fresque s’éclaire progressivement par des dizaines de milliers de leds commandés séparément à partir d’un programme informatique conçu pour créer une animation lumière très attractive. Les jeux de lumière, des intensités et des couleurs se déplacent de bas en haut pour suggérer la sève de vivant qui monte dans les troncs et dans le feuillage.

La multiplicité des programmations possibles offre une infinité de séquences visuelles des plus diversifiées permettant le renouvellement périodique du spectacle. Par le vaste dégagement situé face à la fresque, celle-ci pourra se voir de très loin. La faible consommation électrique des leds sera alimentée par des capteurs solaires placés sur les toits des bâtiments arrières.

04 Sao Paulo à venir 05 Pignon Rio 1 projet 06 Sao Paulo Sérigraphie 07 Sao Paulo sérigraphie 2 08 Fresco B.Tobias